Saviez-vous que les ordinateurs rêvent ?

C’est pas la peine de regarder votre PC d’un air bizarre ou de me prendre pour un dingue. J’ai découvert Deep Dream, le programme informatique qui fait « rêver » les ordinateurs, en juillet 2015 dans un article du journal le Monde.

Pour faire simple et rapide, les ingénieurs de Google ont inventé un réseau de neurones artificiels et ils leur ont appris en leur montrant des images à reconnaître ce qu’ils voyaient. Ils ont ensuite donné des photos à ce réseau et ils lui ont demandé de dire ce qu’il voyait. La réponse de la machine est à la foi étrange et artistique. Si la machine pense voir un oiseau ou une fleur, elle fera ressembler un peu plus l’image à ce qu’elle pense voir. Finalement, avec une photo simple, on aboutit à un résultat totalement étrange avec une bonne part d’aléatoire. À titre d’exemple, voici une petite photo de moi au Carnaval passé à la moulinette de Deep Dream :

Image modifié avec Deep Dream

Image modifié avec Deep Dream

On a l’impression que l’ordinateur a choisi de me transformer en une sorte d’homme fruit avec la particularité qu’il semble y avoir des yeux à des endroits qu’il ne devrait pas y avoir.

De là, dire que la machine fait de l’art, il n’y a qu’un pas. Mais d’abord qu’est-ce que l’Art. Une petite recherche sur Wikipédia, nous indique que « les arts sont une forme d’expression humaine, généralement influencée par la culture et impulsé par une impulsion créatrice humaine. » On lit plus loin, que les arts permettent « de produire chez l’homme de la sensibilité. » L’objectif de l’art est d’atteindre le beau.

Si l’art est une activité humaine, on sera rapidement d’accord pour dire que les animaux ne peuvent pas faire de l’art. Si votre chien détruit votre canapé, ça n’est pas de l’art c’est juste du bordel. D’ailleurs, si on essaie de vous vendre une peinture faite par un chien, il est fort probable qu’on essaie de vous arnaquer et qu’on vous prenne pour un con.

Cependant que peut-on dire des images générées par Deep Dream ? À la base, il y a des programmeurs qui ont créé le réseau de neurones et leur ont appris à reconnaître des formes à l’aide de centaine de milliers d’images. On pourrait aussi dire que bien qu’on puisse reconnaître une certaine intelligence artificielle à la machine, il est compliqué de lui reconnaître une conscience artificielle qui serait artistique.

Cependant, même si les images transformées par l’ordinateur ne lui procurent pas d’émotion, elles peuvent en procurer à l’homme. De ce fait, même si le programme informatique n’a pas conscience de faire de l’art, il se peut qu’il en fasse pour nous autre les humains. L’art peut-il être une démarche inconsciente dans ce cas-là ?

Autre problème, à qui appartient la paternité d’une œuvre d’art qui serait passé à la moulinette de Deep Dream ? Faut-il considérer l’humain qui a produit l’image ou l’ordinateur qui l’a modifié ?

Cependant ceci n’est rien en comparaison à ce que l’avenir nous promet. Nos amis de Google (oui encore eux) ont créé, sur le même principe du réseau de neurones artificielles, un programme capable de créé des romans d’amour. Certes, le programme n’est pas forcément prêt, mais je ne doute pas que d’ici quelques années, une machine pourra écrire le prochain « 50 nuances de Grey » ou le prochain « After ». La question n’est plus de savoir si une machine peut créer de l’art, mais de savoir en fait quand elle sera en capacité de le faire.

Que peut-on penser de tout ceci ?

Le travail des techniciens de Google a été facilité par le fait que les romans d’amour ont tous une trame narrative commune, issue de la flemme des auteurs à vouloir être original. On en vient donc au grand problème de l’originalité. En littérature, on peut faire ce que l’on veut, il est quasiment sûr que quelqu’un l’aura déjà fait avant vous. Nos histoires ont été vues et revues depuis l’antiquité et nos modes de pensé ne nous permette pas de nous affranchir de ces carcans. Faut-il pour autant abandonné toute envie littéraire ? Non, je n’irais pas jusque-là parce que l’originalité réside dans la façon de traiter ces histoires et dans le supplément d’âme que nous pouvons lui apporter. Est-ce que l’ordinateur pourra apporter un supplément d’âme dans ces histoires ?

Il est encore trop tôt pour y répondre. Il y a fort à parier que la création artistique des ordinateurs a de beaux jours devant elle.

Cependant la véritable révolution sera lorsque les ordinateurs éprouveront des émotions en lisant des livres qu’ils ont eux même écris ou en regardant des images qu’ils ont eux même créées.

En tout, cas si vous voulez vous amuser à modifier des photos avec Deep Dream, le site se trouve ici.